Manque à l’appel

Pour leur deuxième opus, Tony Melvil et Usmar creusent le sillon qui a fait la singularité de « Quand je serai petit » : une musique actuelle destinée au jeune public et à leur famille, mêlant chanson, slam, rap, électro, au son des machines et instruments acoustiques (guitares, violon) qui créent un original tapis sonore toujours en mouvement pour leurs deux voix graves. Avec une authenticité qui touche au cœur, ils interprètent, chacun leur tour ou ensemble, treize chansons ayant un même fil rouge : l’absence.
Ecrits après récolté des témoignages à l’hôpital, en prison ou en écoles spécialisées, ces instantanés de vie disent avec émotion, justesse et sans pathos, le papa pas là, grand frère parti, la fuite pour échapper au monde, le jardin secret. Mais les deux complices savent aussi être légers avec des titres comme « Les chaussures », « qui prennent l’eau pour un rien ». Bref, avec ce « Manque à l’appel » Tony Melvil et Usmar signent un disque (et un spectacle) libre et incandescent, « un moment de grâce, un feu des profondeurs ».

www.compagnie-illimitée.fr
A partir de 6 ans.

À lire aussi…