Palmarès 2019


Prix du Président de la République

Éliane Radigue

pour l’ensemble de sa carrière

à l’occasion de la publication de :

  • Eliane Radigue, Œuvres Électroniques (un coffret 14 CD INA-GRM)
  • Eliane Radigue, Occam ocean XVI ; Kasper T. Toeplitz, Convergence, saturation & dissolution. Hélène Breschand, harpe (Octopus, bocianrecords.com)

Pionnière de la musique concrète, Éliane Radigue (née en 1932), rejoint dans les années 50, le Groupe de musique concrète à la RTF où elle s’initie aux côtés de Pierre Schaeffer et de Pierre Henry. Elle devient l’assistante-collaboratrice de ce dernier au studio Apsome.
C’est à New-York, dans les années 70, qu’elle se familiarise avec les premiers synthétiseurs analogiques, le Buchla d’abord puis le Arp 2500 – son « Jules » dira-t-elle – avec lequel elle revient en France et compose une vingtaine d’œuvres jusqu’en 2000.
Un nouveau tournant dans son œuvre s’opère lorsque le compositeur et performer Kasper Toeplitz lui demande de lui écrire une pièce pour la basse électrique. Ainsi nait, en 2004, Elemental II, la première pièce instrumentale de la compositrice. Désormais entourée de ses interprètes d’élection (Rhodri Davies, Charles Curtis, Carol Robinson, Hélène Breschand, etc.), Éliane Radigue poursuit son travail de création avec la série des Occam qui ne cesse de s’agrandir.
En 2013, le Festival d’Automne à Paris lui consacre un portrait en deux concerts.
Son œuvre musicale tout en bourdon explore les battements du son aux confins de l’infra-perceptible en étirant les durées. sa musique est faite de métamorphoses infimes de textures…

Eliane Radigue est chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres

Eliane Radigue a été l’invitée de l’émission Les Grands Entretiens sur France Musique

Michèle Tosi


In honorem Interprètes

Misia (Musique du Monde)

pour l’ensemble de sa carrière

à l’occasion de la publication récente de Pura Vida (Banda sonora) (Galileo-MDC-Pias )

Zev Feldman (Jazz)

Resonance Records

pour son travail de réédition et de publication d’inédits

à l’occasion de la parution de Nat King Cole « Hittin the ramp, the early years » (Resonance / Bertus distribution)

Alain Souchon (Chanson)

pour l’ensemble de sa carrière

à l’occasion de la sortie d’Âmes Fifties (Parlophone/Warner)


Les Grands Prix Internationaux du Disque

Reinoud van Mechelen (Soliste Lyrique)

Ténor

à l’occasion de la sortie de Dumesny, haute contre de Lully  :
Jean-Baptiste Lully, Pascal Collasse, Marin Marais, Henry Desmarest, Marc-Antoine Charpentier, Charles-Hubert Gervais, André Cardinal Destouches
Reinoud van Mechelen, ténor
A Nocte Temporis (1CD Alpha)

Robert Levin (Soliste Instrumental)

Piano

A l’occasion de la sortie de J. S. Bach Six Partitas BWV 825-830 (3 CD - Le Palais des dégustateurs / PIAS)

Piano works (Musique Contemporaine)

Ramon Lazkano

Kairos

par Gómez Alfonso.
Piano : Marta Zabaleta, Bilbao Symphony Orchestra
Dir. Ernest Martínez Izquierdo

Interprète privilégié de Ramon Lazkano depuis dix ans, Alfonso Gómez livre avec Piano Works un bilan de leur collaboration, dans lequel le piano solo prend la part belle. Les œuvres présentées dans ce disque soigné et raffiné couvrent une période de près de vingt-cinq ans, s’ouvrant sur le concerto Hitzaurre Bi (1993). L’interprète fait preuve d’une belle maîtrise sonore et d’une grande expressivité pour servir ce répertoire qui, à l’évidence, le touche profondément. Son amour et son engagement dans l’écriture pianistique de Ramon Lazkano sont palpables dans un disque qui en reflète les multiples couleurs avec la juste mesure.

Guillaume Kosmicki

Nous Verrons... (Jazz)

Simon Goubert

Ex-Tension Records/Bertus distribution

Ce qui frappe chez Simon Goubert c’est sa totale singularité. Immergé dès la fin de l’adolescence dans la vie nocturne des clubs de jazz parisiens, il a promené sa batterie sur toute les scènes, avec le saxophoniste américain Steve Grossman, mais aussi avec le pianiste Michel Graillier, le batteur Christian Vander (au côté duquel il se fait pianiste), le flûtiste Michel Edelin, sans oublier Babik Reinhardt, Siegfried Kessler, Riccardo Del Fra, René Urtreger, Mal Waldron, Michele Hendricks, Steve Potts, Joachim Kühn, Jacky Terrasson, Dave Liebman.... la liste est interminable, et constitue à elle seule un véritable annuaire du jazz, sur les deux rives de l’Atlantique. Il y eut également Glenn Ferris et Emmanuel Bex : avec ces deux derniers il formait le trio BFG. En 2001 leur premier disque remportait le Grand Prix Jazz de l’Académie Charles Cros.

Et puis bien sûr l’association avec la pianiste Sophia Domancich, en duo, et en trio avec le très regretté Jean-Jacques Avenel. Ce qui ne l’empêcha nullement de jouer du vibraphone et des percussions dans un groupe de Joëlle Léandre. Mais non content d’être batteur et pianiste, improvisateur évidemment, leader de groupes (jusqu’au sextette), il est aussi compositeur. Ce disque nous révèle son jardin secret, sa passion pour la voix (les voix) : voix de théâtre, de chant médiéval, classique, baroque ou traditionnel, voix du slam, et bien sûr du jazz (Billie Holiday....), de la soul music.... Il déploie ici son rêve, qui de phantasme est devenu réalité, avec la voix bretonne d’Annie Ebrel (sur des textes de Pierre-Jakez Hélias), la voix américaine (et les textes) de Mike Ladd, voix poétique de Pierre-Michel Sivadier, voix d’évasion onirique de Stella Vander, le tout mis en espace sonore par les complices instrumentaux de longue date, ou de plus fraîche connivence. Et Simon tel qu’en lui même, dans la finesse percussive comme dans l’explosion dionysiaque, et aussi aux claviers qu’il chérit et sait dompter. Pour ces voix d’élection il a composé des musiques, sur lesquelles ensuite ses partenaires ont écrit ou choisi des textes. Nous verrons, dit-t-il.... Eh bien c’est tout vu : un disque totalement singulier et absolument réussi, une œuvre d’artiste qui se livre à nous dans toute l’étendue de ses multiples talents. Une musique conçue pour le disque, quand le jazz majoritairement porte au disque une musique faite pour la scène.

Xavier Prévost

The Capitalist Blues (Blues & Soul)

Leyla McCalla

Jazz Village / PIAS

Les bedaines de coton ou la vie de Charley Patton (Disques Pour Enfants)

Un bluesman du Delta

Livre-disque Le Label dans la forêt

Une histoire en chansons par Cyril Maguy
Livre-disque Le Label dans la forêt, 2019
Chansons et musiques de Cyril Maguy
Illustrations de Bertrand Lanche
Mise en couleurs de Yann Autret

Les bedaines de coton représentent les riches fermiers blancs des champs de coton dans le Mississipi et symbolisent aussi ces énormes ballots de coton transportés sur leur dos par les travailleurs noirs qu’ils faisaient toujours trimer au début du vingtième siècle. Charley Patton, guitariste, né en 1891 dans le Mississipi quelques années après l’abolition de l’esclavage, a fait naitre le Delta blues, le premier style de blues, dont lui et Robert Johnson restent les deux artistes incontournables. Cyril Maguy, guitariste, auteur, compositeur, interprète – pour les enfants mais pas seulement -, est passionné par le blues, d’hier et d’aujourd’hui, au point d’être allé jusqu’à Memphis et dans le Mississipi, sur les terres du Delta blues. De ce voyage est venue son envie de raconter l’histoire de la naissance de cette musique aux enfants, d’abord pour un spectacle, puis pour cet enregistrement. La guitare, parfois jouée avec un bottleneck, un tube de métal qu’on fait glisser sur les cordes, et l’harmonica y sont les instruments les plus utilisés, mais il y a aussi la washboard, la planche à laver sur laquelle on frotte et tape avec des dés à coudre, ou encore la contrebasse, autant d’instruments joués par Cyril Maguy et les musiciens qui l’accompagnent. En treize chansons, il raconte la vie de Charley Patton, ce vagabond musicien qui aimait faire la fête autant que la bagarre, séduire les femmes, et bien sûr jouer de son instrument. Cyril Maguy a écrit paroles et musiques de plusieurs d’entre elles, ou bien arrangé et adapté des mélodies de Patton et de Johnson. Toutes les chansons sont remarquables, autant par les arrangements musicaux et le jeu des instruments que par l’interprétation à plusieurs voix qui donnent toute leur puissance aux paroles. Certaines sont joyeuses, très rythmées,d’autres plus âpres, bien sûr.Surtout, on entend l’attachement de Cyril Maguy pour cette musique qu’il a su faire sienne ! Dans le livre, les paroles sont illustrées par un trait noir épais, vif, qui ne manque pas d’humour ; les couleurs déclinées sur une palette de brun et de bleu, la mise en page et les plans variés rendent l’album dynamique, et surtout très original.

Véronique Soulé

Cet instant (Chanson)

La Grande Sophie

Polydor/Universal Music France

Carmini (Musique du Monde)

Patrizia Gattaceca

Fif Music

Versuniversu (Musique du Monde)

Patrizia Poli

Les Nouvelles Polyphonies Corse/ Socadisc

Chère Ijeawele, ou un manifeste pour une éducation féministe (Manifeste)

Annie Milon

Gallimard Ecoutez lire -1 CD

de Chamamanda Ngozi Adichie

Il fallait une voix à la claire énergie, celle d’Annie Milon, voix française de nombreuses actrices (Jennifer Lopez, Angelina Jolie, Halle Berry...) pour porter les paroles engagées du manifeste de Chimamanda Ngozi Adichie, écrivaine féministe nigériane.

Jacques Fournier

Des Murmures et des Cris (Albums)

Govrache

Autoproduit/ InOuïe Distribution


Les Grands Prix Internationaux du DVD

Ambroise Thomas (Opéra)

Hamlet

Stéphane Degout, Sabine Devieilhe, Laurent Alvaro, Sylvie Brunet-Grupposo, Julien Behr, Jérôme Varnier, Kevin Amiel, Yoann Dubruque, Nicolas Legoux

Les éléments, Orchestre des Champs-Élysées, Louis Langrée

Cyril Teste (ms), Ramy Fischler (déc), Isabelle Deffin, (cos), Julien Boizard, (lu)

Coproduction Opéra Comique / FRA Productions / Mezzo, avec la participation de Medici

Réalisation : François Roussillon
Édition DVD : Naxos Diffusion : Outhere

Hector Berlioz (Musique Symphonique)

Symphonie Fantastique, La Mort de Cléopâtre, Monologue et air de Didon…

Lucile Richardot
Orchestre Révolutionnaire et Romantique, John Elliot Gardiner (Château de Versailles spectacles - 1 DVD)