Coups de Coeur Jeune Public automne 2018 Lauréat des Coups de Coeur 2018 de l'Académie Charles Cros

Sélection Jeune public automne 2018


Dès la naissance

Comptines de cajou et de coco

21 chansons des rivages de l’Afrique jusqu’aux Caraïbes

Livre-CD Didier Jeunesse

Collectage : Nathalie Soussana, direction musicale : Jean-Christophe Hoarau, illustrations : Judith Gueyffier

Avec ce livre disque aux illustrations éclatantes et naïves exposées en grandes pages, les enfants et leurs parents peuvent voyager sur un territoire au dessus de l’océan, situé entre les rivages africains et caribéens. Cet espace est une culture, cette culture est une résistance : le cœur des peuples africains déplacés pendant 400 ans d’esclavage. Les comptines de Cajou et de Coco trouvent leurs origines tant au Cap-vert, qu’au Congo, en Jamaïque, à Cuba, pour ne citer que ces pays en exemple. Qu’il est pertinent et nécessaire de les rassembler ! Histoire et beauté. En langues kikongo, mima, en portugais, en créole, en portugais, en anglais, sous forme de chansons traditionnelles, de berceuses, de chants de jeu, de joie ou de travail, au son d’une sanza, d’un cavaquinho, ou d’une flute peule, (énumération non exhaustive pour avant-goût !), les 24 chansons rassemblées ici sont interprétées très justement, les voix sont des trésors, sublimées par un son superbe. Elles sont agencées avec subtilité. Cette magnifique collecte s’inscrit dans la précieuse collection « Comptines du monde » de Didier Jeunesse.

Delphine Lagache

Maroc, comptines, danses et berceuses

ARB Music

Par Halima Hamdane, Zakariae Heddouchi et Sofiane Negra.

L’originalité de ce disque est de mêler la traduction au chant, non pas comme deux instants séparés, l’un pour se laisser porter par la rêverie de la mélodie, l’autre pour comprendre de quelle histoire il s’agit, mais comme un seul et même voyage. On se laisse ainsi embarquer par le cheval d’Ali, on compte wahad, zouj, tlata, en sachant qu’il s’agit de cadeaux apportés par le père, on rêve devant le palais merveilleux du sultan, on dessine la famille avec des crayons de couleurs : toute la sensibilité de l’enfant se retrouve dans ces comptines où l’on découvre qu’au-delà de la langue et des frontières, les rêves et les sensibilités s’alimentent à la même source. La transcription française, parlée et non chantée, est accompagnée par le chant du oud, le rythme du bendir, la délicatesse du guembri, le soutien de la guitare. Chants et musiques sont comme une entrée dans ces maisons marocaines où l’on a l’impression que le temps s’arrête et que tout est fait pour l’invité de passage. On a envie de dire « merci et au revoir » à la fin de la rencontre.

Gérard Authelain


Dès 3 ans

Flic-Flac

Benjamins media, coll. Taille S

Texte de Fred Eclair, illustrations de Julie Brouant, interprétation de Bérenger Martel.

Le monde de la petite enfance est un monde de petites aventures, qui, à leur échelle, sont d’incroyables péripéties. C’est en partie le thème de ce nouvel album-disque publié par Benjamin Médias : comment la promenade sous la pluie d’un petit garçon avec son père, les pieds dans les flaques d’eau, la découverte d’un escargot, choses qui peuvent nous sembler infinitésimales, deviennent pour un enfant une source de découvertes sensorielles, de bonheur , d’émerveillement. Et le bonheur est partagé : aux surprises que le monde procure à l’enfant répond la tendresse du père, touché par cette insatiable vitalité et cette capacité qu’ont les enfants à voir des choses que nous , adultes, ne percevons plus.
Comme toujours avec Benjamin média, la mise en son est irréprochable : sensibilité de la lecture de Béranger Martel, un jeune garçon dont ce n’est pas le premier coup d’essai et qui , avec simplicité et beaucoup de justesse, raconte cette histoire. Délicatesse également des sons minimalistes qui accompagnent la promenade, entre bruitages et petite partition au clavier qui rythme parfaitement l’avancée du récit et que l’on doit à Ludovic Rocca. On se croirait dans un petit film de la nouvelle vague, à hauteur d’enfant.
Le livre existe également en version braille

Dominique Boutel

Le bruit des lettres

Livre-CD Benjamins media, coll. Taille M

Textes de Jeanne Boyer, illustrations de Julien Billaudeau, interprétation d’Alexandra Mori.

On imagine combien les parents, se saisissant de ce livret disque, ne pourront pas en rester à une simple écoute et s’amuseront à chercher avec leur enfant d’autres richesses de langue en jouant avec les mots et les sonorités. Car toutes les lettres de l’alphabet y passent, l’une après l’autre. Apprendre l’alphabet par l’ampleur phonique inscrite en chaque lettre, c’est autre chose qu’un exercice d’école, c’est un vrai jeu musical. Toutes les possibilités ne sont pas explorées : justement cela laisse un espace infini pour que chacun continue à poursuivre sa propre exploration. J’imagine le plaisir que prendront les enseignants dans les classes maternelles à faire ausculter chaque lettre par les enfants. Ceux qui se contentent de les aborder dans le dessein de les destiner à composer des mots se privent d’un grand plaisir. Les Instituts Français à l’étranger devront mettre l’ouvrage en bonne position dans leurs médiathèques pour ouvrir un espace immense, celui des jeux de la langue, à l’image des illustrations espiègles du livret.

Gérard Authelain

Contes de ma ferme en Ecosse

Oui Dire, contes d’auteurs

Par Fiona Mac Leod.

Parce qu’elle a grandi dans une ferme en Ecosse, Fiona Mac Leod aime à mélanger les contes classiques comme Petite Poule rousse et Renard rusé, les histoires d’aujourd’hui, et des souvenirs drôles et émouvants de son enfance au milieu des animaux de la ferme. Avec son accent anglo-saxon chantant, et une écriture adaptée pour les plus jeunes, elle parsème ces contes de quelques mots ou quelques comptines en anglais et place finement par ci par là quelques observations sur les relations fraternelles, l’autorité des parents, la presence des grand-parents. Pleines de bienveillance, ces petites histoires attachantes s’enfilent les unes après les autres, chaleureuses comme une belle soirée passée au coin d’un feu, des étoiles plein les yeux. L’ensemble est discrètement soutenu d’une clarinette et d’une contrebasse : du beau travail.

Blandine Canonne

Jazzoo, vol.2, Be zoo jazz

Livre-CD Le label dans la forêt

Textes et musiques par Oddjob, illustrations par Ben Javens.

Deuxième « tome » de ce remarquable concept destiné à initier les plus jeunes au jazz, Jazzoo dessine en musique des portraits d’animaux miniatures. Tantôt humoristiques, tantôt poétiques, toujours originaux musicalement , ces portraits sans paroles mais en musique sont nés de l’imagination d’un collectif de musiciens suédois Oddjob. Le quintette a été créé il y a 20 ans autour du trompettiste Goran Kajfes dans un style « electro-sound », mâtiné de musiques carabéennes, africaines et carnavalesques. Cette énergie scandinave se retrouve dans le livre-disque , où chaque animal sauvage se reconnait à son identité musicale, simple et joyeuse, tout comme le sont les illustrations de l’anglais Ben Javens.
Un voyage de l’oreille, pour les plus petits et ceux qui les accompagnent.

Dominique Boutel


Dès 6 ans

Des malheurs de Sophie

Livre-CD Didier Jeunesse

Textes et illustrations : Anaïs Vaugelade, Récitante : Elsa Lepoivre, musiques : Robert Schumann, piano et direction artistique : Claire-Marie Le Guay.

Sophie coupe en morceaux les petits poissons de sa mère, oublie de surveiller le poulet qu’elle adore, massacre sa poupée, et sert à ses amis du thé fait avec l’eau de la gamelle du chien... Avec son alternance d’illustrations pleine page et de planches de BD, l’album d’Anais Vaugelade souligne l’intemporalité d’un roman écrit en 1858. A la fois personnelle et fidèle à l’original, son adaptation des Malheurs de Sophie se focalise sur quelques chapitres du roman pour aboutir au portrait sensible d’une petite fille dont les expériences tournent mal. A la finesse du texte font écho l’interprétation subtile d’Elsa Lepoivre et l’élégant piano de Claire-Marie Le Guay qui ponctue et commente le récit avec des extraits de L’album pour la jeunesse de Schumann. Un intéressant retour au sources à une époque où les enfants ne connaissent trop souvent Sophie que par le biais de séries télévisées.

Françoise Tenier

Le miroir et le coquelicot

Oui Dire, contes d’auteurs

Par Guy Prunier.

Tous les soirs au 4 coins du monde, quelqu’un lit une histoire à un enfant. Raymond, lui est un enfant solitaire qui invente un feuilleton chaque soir, pour… son doudou. Son récit en série met en scène Hortense, une souris grise qui vit la nuit sur l’épaule d’un géant, Georges. Bottes de sept vieux, transformation de la souris en vache : la fable est décalée, rocambolesque et drôle. L’interprétation des conteurs est astucieuse (Marion Cordier est le géant, Guy Prunier est la souris), l’alternance de la narration avec des chants de pays lointains rythmera le moment où l’histoire sera racontée : le soir ; ou bien le matin, ou bien encore en rentrant de l’école ! Le découpage en 13 plages, qui récapitulent, font entrer et sortir du conte, offrira à l’auditeur la liberté de retrouver ce conte d’aujourd’hui quand il le veut.

Delphine Lagache

Be Happy ! Mes plus belles comédies musicales

Livre-CD Didier Jeunesse

Livre écrit par Susie Morgenstern, illustrations : Sébastien Mourrain.

Quelle bonne idée d’avoir réuni ces airs prestigieux de la comédie musicale qui nous ont remplis de bonheur, laquelle continue d’avoir l’assentiment des foules si l’on en croit les émissions de radio (France Musique notamment) qui lui sont consacrées. Mais le mérite de ce livre-disque est surtout d’avoir donné à entendre les versions originales, telles qu’on les a vues et entendues dans les films au moment de leur sortie, avec le son des orchestres d’époque et des chants dans leur timbre initial, non remasterisé. On croit revoir, danser, chanter, Gene Kelly, Leslie Caron, Fred Astaire, Natalie Wood, et tous les grands noms d’une période qui n’était pas moins portée par l’inquiétude que la nôtre, et qui savait aborder des sujets sévères tels que la situation des juifs dans la Russie impériale ou l’affrontement de bandes rivales dans la banlieue de New York. Mais comme le dit le très beau texte de Suzie Morgenstern qui accompagne chaque page, « Somewhere » nous assurait qu’il y avait un endroit pour nous quelque part où vivre et aimer », ou encore « Malgré le sentiment de tristesse qui se dégage de la pièce, « To life, to life » est l’ultime message du spectacle : tant qu’il y a la vie… ».Un beau livre d’histoire, et pas seulement d’histoire de la musique.

Gérard Authelain

Shanta, voyage musical en Inde

Livre-CD LaCaZa Musique, Tout s’métisse

Musiques : Zaf Zapha, illustrations : Charlotte Cottereau, textes : Caroline Chotard

Tout s’Métisse
Après, entre autres, Dalaka, Dounia, Nola, voici Shanta, septième livre-CD de la collection Tout s’Métisse qui, cette fois-ci, nous embarque, toujours en musique bien sûr, en Inde.
En seize titres, on retrouve la diversité, l’exigence et les richesses musicales auxquelles Zaf Zapha et sa belle équipe d’une vingtaine de musiciens nous ont habitués : airs traditionnels indiens ( Phule, Phule, Papa Jaldi etc…), compositions originales signées Zaf Zapha et Caroline Chotard (notamment « le petit Maharajah » - un des tubes du disque ! -), mais aussi chansons françaises arrangées avec une « indian touch » ludique et inentendue jusqu’alors ! La belle musique n’a pas de frontières : ainsi au son des instruments traditionnels, tablas, kanjira, sitar… et des arrangements superbes pour voix d’adultes ou d’enfants qui chantent en indien ou en français, nul ne peut résister à l’envie de danser… Mais aussi à tourner les pages du livre aux joyeuses illustrations de Charlotte Cottereau et aux indispensables informations quant à la culture et aux instruments indiens.

Gilles Avisse

Le crapaud au pays des trois lunes

Livre-CD Le label dans la forêt

Conte musical d’après une idée originale de Moïra Conrath, histoire écrite par Olivier Prou, illustrations de Ivan Sollogoub.

Si on a la chance d’écouter un CD avant de regarder le livret, par exemple parce que l’on est en voiture et qu’il n’est pas prudent de lire en conduisant, alors on aborde le conte et sa musique par l’oreille et non par l’œil. C’est ainsi qu’à la fin de l’histoire, on découvre ce que l’on avait peut-être subodoré, sans toutefois le définir avec précision. Le livret confirme alors l’impression première : il s’agit, en compagnie de ce crapaud, d’écouter la sensation induite par la voix des récitants et la résonance des chants en relation avec la propre histoire du héros. On s’embarque avec « la matière sonore de la langue », comme dit le commentaire, qui ajoute : « quand le son devient parole, nul besoin alors d’en comprendre les mots ». Ces chansons collectées en divers lieux sont un langage qui épouse les battements du cœur. Elles accompagnent l’aventure de ce crapaud qui court après une image de lui et qui ne lui octroie que des déceptions, jusqu’au moment où il s’accepte tel qu’il est. Il peut alors faire l’expérience d’un bonheur qui n’est plus un mirage narcissique mais la rencontre de quelqu’un qui lui apprend à bien aimer la peau dans laquelle il est. C’est d’ailleurs ce que lui chantait la terre entière en musique.

Gérard Authelain

La voix d’Ella

Livre-CD éditions Gautier Languereau et CD Nome

Histoire : Philippe Lechermeier, illustrations : Amanda Minazio, dit par Vincent Dedienne, musique : the Amazing Keystone Big Band

Bess n’a qu’une idée en tête depuis qu’elle a entendu chanter Ella Fitzgerald à la radio : devenir chanteuse ! Mais en 1953, quand on vit dans un orphelinat d’Alabama et qu’on est noire, cela semble impossible ! Pourtant à force de courage et grâce à sa bonne étoile, la jeune fille réalisera son rêve.
Ce nouveau conte musical présenté par l’Amazing Keystone Big Band, grand orchestre emmené notamment par David Ehnco, est avant tout une magnifique occasion de découvrir le répertoire de la célèbre chanteuse arrangé pour grand orchestre de jazz. Et quand une bonne quinzaine de musiciens mettent toute la gomme, autant dire que ça swingue ! D’autant que la talentueuse chanteuse Célia Kaméni interprète avec une voix toute en nuances et un sacré tempérament « Born to be blue » ou « Old devil moon », et que Vincent Dedienne raconte avec entrain cette histoire palpitante et rythmée signée Philippe Lechermeier.
Enfin les chaleureuses illustrations d’Amanda Minazio complètent cet écrin intimiste et accueillant comme une boîte de jazz.

Gilles Avisse

Ah ça… J’y avais pas pensé

Livre-CD Editions Utopique

Textes : Ludovic Souliman, illustrations : Bruna Assis Brasil, voix chantée : Danielle Jean, compositeurs : Didier Jean et Alban Guyonnet.

Qui va me protéger ? Interrogent successivement un grillon, une poupée de chiffon, une petite fille sans papa ni maman, un géant peureux, une maison abandonnée. A chacun le vieux petit monsieur apporte une réponse. Mais lui qui va le protéger ? Conte sur la solidarité par un conteur engagé qui dit son propre texte avec simplicité. La version sonore se justifie parfaitement : c’est une histoire bâtie sur une structure de randonnée qui se prête particulièrement bien à une lecture à haute voix. Et le livre retient l’attention par ses illustrations poétiques qui intègrent des photographies.

Françoise Tenier


Dès 8 ans

Loin de Garbo

Livre-CD Editions des Braques

Conte musical écrit par Sigrid Baffert, composé par Alexis Ciesla, illustration : Natali Fortier, interprété par Le Collectif de l’Autre Moitié, raconté par Jean-Pierre Darroussin.

Ils doivent quitter Garbo, leur port d’attache, pour fuir la dictature. Toute la famille : l’oncle Raskine, le tailleur magicien qui ne parle que contrebasse, le jeune couple de tailleurs, Greta et Darius, bientôt parents d’un petit Milo. Il faut parvenir à entrer dans un pays étranger. A quel prix ! Une musique jamais jouée pour un homme en uniforme qui détient « la clef du sol » ! Puis des nuits passées dehors avant de trouver un boulot sinistre. Mais reste toujours le bruit de la couture et la musique de l’oncle Raskine. Jusqu’à l’intégration et la réussite. Un itinéraire, un exil, une migration lente, difficile, tour à tour drôle, triste, émouvante, jusqu’à l’intégration, avec la couture pour fil conducteur. Sur fond de musique d’inspiration tsigane, d’Europe de l’est et de jazz. Le tout remarquablement interprété par le Collectif de l’Autre Moitié, et raconté avec précision et émotion par Jean Pierre Darroussin.

Odile Martin

Le grand voyage d’Annabelle

Livre-CD Editions des Braques

Conte musical raconté par Néry, histoire et chansons : Vincent Tirilly, musiques : Simon Mimoun et Frank Marry, illustrations : Odile Hervois

Une petite hirondelle prénommée Annabelle se casse une aile à la veille de quitter sa vallée de Chevreuse pour se rendre avec toute sa famille en Afrique. Comment faire ? Heureusement Michel le hérisson est là ! Et ses amis José le furet, Irène la baleine ou Pablo le taureau seront là pour l’aider dans son périple. Cette initiatique et musicale histoire chorale signée Simon Mimoun et Vincent Tirilly, racontée avec malice et bonhommie par Néry alias Michel le hérisson, est avant tout une belle histoire d’amitié – également artistique - où l’on retrouve les voix d’Olivia Ruiz, Néry, Alexis HK, Didier Wampas, Carmen Maria Vega, Adrienne Pauly ou Magyd Cherfi.
C’est aussi un road-movie pour enfants aux multiples rebondissements, émaillé de chansons pop, enlevées, tendres et optimistes, qui restent dans la tête dès la première écoute et que l’on peut retrouver dans un grand livre carré aux humoristiques illustrations d’Odile Hervois. « La vie est belle, il suffit de la mordre à pleines dents ».

Gilles Avisse

Les bottes de sept lieues

Livre-CD Harmonia Mundi Little Village

Conte musical écrit et mis en scène par Armelle Bossière sur une idée d’Alice Julien-Laferrière, raconté par Jean-Denis Monory, illustrations : Claire Fanjul.

Ne soyez pas surpris par la langue qu’utilise le récitant Jean-Denis Monory dans le préambule de ce conte : c’est du vieux français , tel qu’on le parlait ( certainement) à l’époque où fut écrit l’histoire du Petit Poucet et des bottes de sept lieues que l’on doit à Charles Perrault. Bien que l’on se fasse assez vite à cette étonnante diction, le récit retrouve un ton plus contemporain lorsque débute vraiment l’histoire, qui commence à la fin du conte de Perrault et met en scène un Petit Poucet qui a marié ses frères, et est devenu, grâce à ses bottes et à un cheval fée, courrier du roi. Les choix musicaux qui illustrent le récit puisent également dans le très riche répertoire classique , transcrit pour violon et clavecin par la violoniste Alice Julien-Laferrière, qui est à l’origine de cette suite : la musicienne a en effet été inspirée par les recherches qu’elle a faites pour le musée de la Poste et a situé la trame de ce conte dans l’univers des courriers et des postillons, dont les bottes autrefois attachées à leurs montures ont certainement nourri l’inspiration de Perrault. Autre originalité du texte, la correspondance entre les héros qui constitue une grande part de la trame de l’histoire, et remplace de façon originale les habituels dialogues. Les musiques ont été choisies pour leur lien avec l’histoire, et ont pour thème l’Ogre, le Petit Poucet, la Diligence, la malle-poste et les Bottes de sept lieues (Tchaikovsky, Corrette, Duval, Gaultier, Caix d’Hervelois, Oesten, Bridge). Elles sont interprétées par l’ensemble Artifices, Alice Julien-Laferrière au violon et Kazuya Gunji au clavecin, l’occasion pour de jeunes oreilles d’entendre des instruments avec ils ne sont pas familiers.
Le récit est très vivant, soutenu par une musique pleine de couleurs et les dessins très graphiques et pleins de fantaisie font de ce livre-disque un objet très réjouissant.
Le projet fait également l’objet d’un spectacle.

Dominique Boutel

La princesse qui rêvait d’être une petite fille

Livre-CD Le label dans la forêt

Histoire et chansons écrites par Jérôme Attal, musique composée et interprétée par Elise Reslinger, illustrations : Fred Bernard.

Elle en a marre d’être une princesse. Alors pour devenir une petite fille comme les autres, Marie-Fortunée alias Lola-Loup se glisse incognito dans un groupe d’écoliers venus visiter son château. Avec eux, elle fait une fugue dans son propre parc et fait des découvertes... sur elle-même. Un joli petit roman sur le thème de l’identité à lire dans le livre illustré avec humour par les dessins au trait de Frédéric Bernard. Les chansons, résolument pop, sont à écouter dans le CD. Bien qu’en rapport étroit avec l’histoire, elles existent indépendamment et pourraient se suffire à elles-mêmes. Elles parlent d’ennui, de peur, brossent le portrait d’une copine originale, et parlent aussi d’identité : qui je suis, être une autre, comment les autres me voient, autant de préoccupations proches des pré-adolescents.

Françoise Tenier

Le petit Poucet et l’usine à saucisses

Livre-CD Biscoto Editions

Par Sophie Azambre le Roy, Benoit Preteseille, Carl Roosens.

Détournement délirant du conte de Perrault : le Petit Poucet fait les courses au supermarché et l’ogre dirige une usine à saucisses ! Les auteurs ont résolument pris le parti de la caricature et de la franche rigolade dans cette comédie musicale déjantée qui dénonce la mal bouffe, le bétonnage des villes et la surconsommation. Le livre, très réussi, aurait pu vivre sa vie tout seul avec ses illustrations humoristiques. C’est compter sans la partie sonore ; menée de main de maître avec des chansons parfaitement intégrées au récit, on dirait la bande son d’un dessin animé. C’est vraiment drôle de bout en bout grâce à l’abattage des auteurs- interprètes : le duo d’électro-punk Savon Tranchand et Carl Roosens.

Françoise Tenier

L'actualité des Coups de cœur