David Jisse nous quitte…

David Jisse nous a quittés brutalement samedi soir 19 juillet 2020. Il avait été élu sociétaire de l’Académie Charles Cros, membre de la section musique contemporaine en 1999, en même temps qu’Omer Corlaix (le souvenir m’en reste d’autant plus vif que c’était aussi l’année où j’en avais été élu président). Malicieux porteur d’étincelles il avait été de ceux qui avaient dynamité en douceur les jugements parfois trop confortablement établis, contribué à élargir les missions de l’ACC pour l’affirmer dans un rôle d’acteur culturel. Avant de laisser la parole à Omer Corlaix qui nous parlera de David, j’exprime à ceux qui l’ont connu et aimé, et d’abord à son épouse et à ses enfants, notre émotion pour la disparition de celui qui a été si joliment qualifié d’ « insolent rêveur amoureux des mots et des sons ».
Alain Fantapié

Voix intime à l’extension du domaine de la vie musicale

Le compositeur David Jisse nous a quittés samedi soir 19 juillet 2020, il a fait partie de la Commission musique contemporaine de l’Académie Charles Cros. La diversité de ses approches de la musique en a fait un des meilleurs experts. Il a été producteur de radio sur France Musique et France culture, chroniqueur, compositeur, arrangeur, chanteur et guitariste mais aussi directeur de la Muse en circuit, président du CDMC et membre fondateur de Fondateur du réseau Futurs-composés…

Le duo musical qu’il crée en 1968 avec la chanteuse Dominique Marge, « David et Dominique » débute son cursus honorum musical, le coffret réalisé par Frémaux et associés en porte encore témoignage. David Jisse brise le plafond de verre auquel tout artiste s’affronte à ses débuts, en interprétant en français la fameuse mélodie du chanteur et guitariste kabyle, Idir, disparu en mai dernier. A vava inouva dans son adaptation française pour Pathé est une réécriture par David Jisse et Georges Bignes, Ouvre-moi vite la porte. Le dialogue entre un père et sa fille devient un duo d’amour à la française. On a d’emblée sa signature vocale, une voix douce, mélodieuse, peu timbrée susurrant légèrement son chant à sa partenaire. Cette empreinte vocale accompagne David Jisse toute sa vie sur scène comme à la radio.

Si on doit résumer son approche artistique, elle est donnée en ouverture de son site « auteur, compositeur et interprète », à partir de là toute sa vie artistique va se décliner, il faudrait aussi compléter avec le concept de « radiologue » car la « radiologie »musicale est présente tout au long de sa vie. Sa muse fut la radio ! Le lecteur de contes pour enfants qu’il fut aussi, rencontre le compositeur Luc Ferrari, son second tournant de sa vie artistique au milieu des années quatre-vingts. Luc Ferrari (1929-2005), pianiste et compositeur fut un moderne, il s’ouvrit à la musique contemporaine par la musique sérielle, il devint pleinement compositeur grâce à la musique concrète de Pierre Schaeffer. D’une musique « médiée » par l’enregistrement, Luc Ferrari inventa le « Hörspiel » français plus musical que son ancêtre allemand. David Jisse qui avait le « micro dans l’oreille » va comprendre immédiatement l’enjeu musical de cette révolution sonore, le microphone plus que sa guitare a été son instrument de musique.
En 1999, il succède à Luc Ferrari à la tête du Studio de composition électroacoustique et radiophonique, il devient ensuite un gestionnaire redoutable. Après maintes péripéties, il obtient en 2006 de haute lutte le label d’Etat de Centre national de création musicale pour la Muse en circuit. Parallèlement il impose dans le paysage musical un festival où se croisent les musiques de création « L’extension du domaine de la note » reprenant le titre du roman de Houellebecque, L’extension du domaine de la lutte. Pluridisciplinarité et hybridation des genres sont les clefs d’approche, le concert sous casque, sa marque de fabrique ! Toujours présente, cette idée de l’intime, de l’intimité, une voix comme chuchotée à l’oreille.

La troisième parte de sa vie fut plus politique, plus militante, il devient comme on dit un des acteurs de la vie musicale, il préside aux destinées du Centre de documentation de musique contemporaine jusqu’à sa fermeture au début 2020. Il participe en 2005 à la fondation de cette aventure collective qu’est encore aujourd’hui le réseau Futurs composés lequel réunit l’ensemble des parties prenantes de la musique contemporaine. http://www.david-jisse.com/

Omer Corlaix

Comme à la radio
Voir aussi le site de David Jisse